Site

Archives de CO/CO de l'année 2014/CO n° 1112 du 3 mai 2014/CO n° 1111 du 19 avril 2014/Quatrième page

Quatrième page

Bruits de bottes en Ukraine

Comme on pouvait s'y attendre, le rattachement de la Crimée à la Russie n'a pas entraîné une stabilisation de la situation en Ukraine.
La population avait approuvé ce rattachement le 16 mars. Le résultat du référendum  fut un «oui» à 97 %. Et, le 18 mars, le président russe, Poutine, entérinait ce rattachement.
Si la majorité de la population de Crimée souhaitait dépendre de la Russie plutôt que du régime de Kiev, ce n'est certainement pas le droit des peuples qui a inspiré Poutine. Ce même Poutine qui,  autour de l'année 2000, avait mené une guerre terrible contre les rebelles tchétchènes qui voulaient se séparer de la Russie. Il déclarait alors élégamment «Il faudra butter les terroristes tchétchènes jusque dans leurs chiottes...».
Le droit des peuples n'est pas non plus ce qui inspire Obama, Merkel et autres Hollande qui dénient aux habitants de la Crimée ou de l'est de l'Ukraine le droit de disposer d'eux-mêmes. Quant au nouveau régime de Kiev des nationalistes ukrainiens arrivés au pouvoir dans le sillage des manifestants de la place Maïdan, souvent encadrés par des groupes d'extrême-droite, il ne peut pas rassurer la population majoritairement russophone de l'Est.
Les déclarations des uns et des autres ont exacerbé les tensions nationalistes sur le terrain. Partout des milices de l'un ou l'autre bord se sont formées contre «ceux d'en face». Début avril des pas ont été franchis à l'Est du pays vers des affrontements armés ouverts.
A Slaviansk, une ville de 120 000 habitants de la province de Donetsk, proche de la frontière russe, des groupes armés ont envahi samedi 12 avril les bâtiments de la police, des services de sécurité et de la municipalité.  La circulation dans les rues était contrôlée par des insurgés qui tenaient des barricades de fortune. Même situation à Gorlivka, localité de la même province, de 250 000 habitants, frontalière de la Russie. Pour ce que l'on en voit à la télévision, ces groupes nationalistes pro-russes ne sont visiblement pas portés par un puissant mouvement populaire. Cagoulés, opérant en petits commandos isolés, ils semblent plus se méfier de la population qu'être son émanation. La population qui d'ailleurs a plutôt tendance à éviter les points de confrontation. Des petites manœuvres donc, à l'heure où nous écrivons (mardi 15), mais qui pourraient déboucher sur une tragédie. On se rappelle comment des «brigades de quartier», un peu ridicules, ont pu, en Yougoslavie au début des années 1990, cristalliser autour d'elles en quelques semaines, les éléments d'une guerre civile qui fit des milliers de morts.
 La population de l’est-ukrainien est mélangée entre ukrainophones et russophones, et elle a de multiples liens tant avec les Ukrainiens qu’avec les Russes. Et c’est elle qui a le plus à perdre à cette marche vers la guerre, possible aujourd'hui. Si elle fait preuve de la conscience et de la détermination nécessaire, à défaut de pouvoir maintenant faire taire Obama, Merkel, Poutine et consorts qui ne visent que leurs intérêts de grandes – ou moyennes – puissances, elle peut encore mettre au pas ces apprentis-dictateurs de quartier, adorateurs de check-points et de contrôles musclés, qui lui préparent un avenir bien sombre.
 

Trinidad et Tobago : Mort d'A.N.R. ROBINSON, serviteur politique de la bourgeoisie.

Il y eut des obsèques nationales pour Arthur Napoléon Raymond Robinson qui fut Président de l’Assemblée de Tobago de 1981 à 1986, Premier Ministre de Trinidad et Tobago (TT) de 1986 à 1991 et Président de 1997 à 2003. Il est né à Tobago en 1926. L’aéroport porte son nom. C'est là qu'il commença sa vie politique.
Quelques faits marquants de son activité :
- A Trinidad en 1970, député de Tobago, il démissionna du PNM, Mouvement National du Peuple, parti de l’indépendance. Une semaine avant, lors d’une manifestation du Black Power -lié aux syndicats et au mouvement des Noirs aux USA- un manifestant avait été tué par la police. Robinson était pourtant le second d’Eric Williams au PNM, en était membre fondateur. Replié à Tobago il se prépara à de futures élections.
- Entre temps, il proposa la création d'une Cour internationale permanente aux Nations Unies. À Trinidad, on l’appelle le père de la Cour Pénale Internationale, créée en 2002, qui traite les crimes contre l’humanité.
- Autre fait marquant, le coup d’état du groupe islamiste Jamaat al Muslimeen. Depuis 1986 il était Premier ministre. Il fonda l'Alliance Nationale pour la Reconstruction de TT avec des partis dont le pro-indien United Labour Front de Panday et gagna les élections de 1986 contre le PNM. En 1990, une centaine d’hommes armés qui voulaient prendre le pouvoir l’ont pris en otage avec ses ministres pendant 6 jours au Parlement. Aujourd’hui encore il est félicité par la classe politique pour avoir demandé à l’armée d’ «attaquer avec force» le commando et pour son «courage». Il est surnommé «sauveur de la démocratie». Les insurgés  capitulèrent après l’avoir blessé sérieusement.
Quel type de politicien fut-il ?
 Robinson a pu accéder au gouvernement en 1986. La situation économique était grave, l’argent du pétrole dilapidé. La bourgeoisie trouva en lui quelqu’un pour baisser le salaire des fonctionnaires (10%), instituer la TVA, «aider» les entreprises locales, un conservateur. Certains parlent même de son respect des institutions coloniales.  
Reste qu’il est considéré comme un des rares à n’avoir pas toléré ni pratiqué la corruption. Il aurait plutôt eu du mal à se servir : à son arrivée au pouvoir les caisses étaient vides.
 

Martinique : DÉJEUNER DE SOUTIEN À COMBAT OUVRIER

Le dimanche 11 mai de 12H à 19h
 
Il  se déroulera à l’Habitation Malgré Tout à Trinité (Petit Galion).
La carte que vous proposent dès maintenant nos militants sera exigée à l’entrée.
 
Programme :
12h :       Pot d’accueil
12h30:   Repas. Il est servi avec une boisson.
Les consommations supplémentaires de boissons seront payantes.
Le repas sera animé en musique.
14h15 :   Allocution
 
Après Midi culturelle
14h30 : Notes de musiques variées avec la jeune pianiste DAPHNÉ
15h30 : La Parole libérée avec ABDELSLAM et ses amis
16H  19H : Animation musicale et danse avec Jean Philippe MARTELLY
 
vous pourrez Également :
-         Acheter, consulter livres, brochures et documents présentés sur la table de lecture
-         Consulter nos panneaux – exposition sur nos positions politiques
-         Vous entretenir avec nos camarades sur la politique, la vie, l’activité de Combat-Ouvrier.
 
Participation aux frais : 25 euros.
Alors, le dimanche11 Mai, soyez nombreux à vous rendre au Déjeuner de soutien à Combat-Ouvrier. Emmenez vos parents, amis, camarades de travail.
Réclamez dès maintenant votre carte d’entrée aux militants. Elle doit être réglée d’avance et elle sera exigée à l’entrée. Merci !
 
Combat Ouvrier BP 821. 97258 FORT DE FRANCE CEDEX.
Tél :
Site Internet :   http://www.combat-ouvrier.net
Pour nous écrire sur Internet : redaction@combat-ouvrier.net

Guadeloupe:FÊTE DE COMBAT OUVRIER

Dimanche 4 mai de 12h à 20h au Pako à Baie Mahault
Avec Pascal MOESTA
Participation aux frais : 25€ - Tarif enfant : 15€
Programme
12h : ouverture de la fête au son du Ka. Apéritif
12h 30 : repas champêtre en musique
 Menu :
Entrées : Salade de fruit à pain / hareng saur - Salade Campagnarde (légumes, œuf, poulet fumé…) - Salad Kapestè (Gèl a Kochon/ti fig)
Plats: Colombo de cabri à l’indienne ou filet de vivaneau
Accompagnements : Riz légumes - Riz pois canne - Riz nature - Légumes vapeur
Dessert : Glace annou
Vin, Café
Champagne à la demande
14h 30 : Allocutions
15H : prestation de Pascal Moesta
16h : Bal titane
20h : clôture de la fête
 
A l’espace Forum : 15h 30 : Forum de Combat Ouvrier : « Combat Ouvrier et les élections », suivi d’un débat
17h : Forum scientifique : «Cimetières et villages d’esclaves ; ce que nous apprend l’archéologie sur l’esclavage en Guadeloupe», avec projection commentée.
Autres activités et loisirs : Librairie pour acheter ou consulter livres, brochures et documents
Déguster accras, gâteaux, chodo… au stand réservé à cet effet
Commander des boissons au bar
Vous exercer au stand de tir
Jouer aux jeux vidéo, surtout pour les jeunes
Laisser vos enfants s’amuser au château gonflable
Vous amuser entre amis avec des jeux de société (dames, cartes, dominos…)
A partir de 16h, danser jusqu’à 20h
Alors, tous, rendez-vous dimanche 4 mai pour passer un moment agréable !
Contact : 0690734893 ou 0690627925
Email : redactionombat-ouvrier.net
Site internet : www.combat-ouvrier.net

plan de la fête

508 ko - Dernières modifications : 18/04/2014

Bookmark and Share