Site

Archives de CO/CO de l'année 2013/CO n° 1082 du 5 janvier 2013/Première page

Première page

Editorial: EN 2013, RETROUVONS LE CHEMIN DES LUTTES D'ENSEMBLE !

Zoom Compter sur les belles paroles prononcées lors des vœux pour la nouvelle année par les hommes politiques c’est attendre du lait d’un bouc. En effet, du président de la république F. Hollande à  V. Lurel, le ministre des Outre-mer en passant par les présidents de Région S. Letchimy et J.Borel-Lincertain, et des Départements J. Gillot et Josette Manin, sans parler des préfets, tout ce beau monde y est allé de  ses belles paroles.  
Des trémolos dans la voix, ils se sont tous dits conscients des problèmes qu’affrontent les travailleurs et toutes les classes populaires, tout particulièrement toutes celles et tous ceux sont qui sont à la recherche d’un emploi, dont le nombre avoisine les 70 000 sur chaque dit département des Antilles. Et d’énumérer un chapelet de mesures soi-disant destinées à lutter contre ce fléau qu’est le chômage : emploi d’avenir, contrats de génération au niveau national et toutes sortes de formations et de stages bidons au niveau local. Mais la triste réalité c’est que le nombre de sans emploi augmente inexorablement. Il n’empêche que lors de ses vœux, le président de la république s’est dit convaincu que cette année, les décisions que prendra son gouvernement inverseront la courbe du chômage.
Et parmi celles-ci, la soi-disant relance de la compétitivité des entreprises qui se traduira par une ponction de 20 milliards d’euros qui seront pris dans les poches des classes populaires avec entre autres la hausse de la TVA, plus 10 autres milliards prélevés sur les dépenses publiques, ce qui se traduira par une nouvelle dégradation des services publics (la Santé, l’Education etc.).
Pour faire passer ces prélèvements supplémentaires, F. Hollande a pris soin de rappeler que la situation sera difficile, qu’il y aura des coups durs à supporter mais que l’on rasera gratis demain. Sauf que les coups durs sont réservés aux classes populaires avec les fins de mois difficiles, la baisse continue du niveau de vie, avec la hausse continue des prix notamment du logement et de la plupart des produits de première nécessité. Car pour les patrons des grandes entreprises du Cac 40, pour leurs actionnaires, les milliards vont continuer à couler à flots.
Alors, les bons vœux de la classe politique, c’est pour la galerie. Ces gens là sont au service des puissants et des riches. L’attitude de nombre d’élus en Martinique à l’égard du mouvement des marins pêcheurs est révélatrice. Ils n’avaient qu’une hâte : voir finir le blocage du port pour permettre aux marchandises des gros de l’import-export d’être débarquées pour être vendues.
Certes, quatre ans après la grève générale de 2009, les gains de cette mobilisation ont été presque tous  perdus. Mais au moins un seul est resté : l'expérience que tous ensemble les travailleurs pouvaient s'imposer face à la bourgeoisie et à l'État et ce n'est pas rien. Alors, les travailleurs, les chômeurs et toutes les couches pauvres  ont tout intérêt à se préparer à un nouveau mouvement contre la pwofitasyon, mais cette fois plus profond et plus complet et imposer entre autres la répartition du travail entre tous, une hausse généralisée des salaires et des retraites et des créations massives d’emplois dans tous les services publics. C’est ce qu’on peut souhaiter de meilleur comme vœux  pour  l’année 2013.


Bookmark and Share
Guadeloupe : Guadeloupe : Soutenons les jeunes de Rebelle et de Combat Ouvrier! Tous devant le Tribunal de Pointe-à-Pitre, le mercredi 16 janvier à 7h30 et le vendredi 18 janvier à 13h30

Les 16 et 18 janvier prochains, deux jeunes du journal Rebelle et aussi militantsde Combat Ouvrier doivent à nouveau comparaître devant le Tribunal Correctionnel de Pointe-à-Pitre : Raphaël Cécé le 16 et Sony Laguerre le 18. Lors de sa première comparution, le 13 juin 2012 devant le Tribunal de Pointe-à-Pitre, les défenseurs de R. Cécé avaient demandé et obtenu le report de son affaire au 18 janvier 2013. Concernant S. Laguerre qui, lui, avait comparu le 10 octobre, le report de l’affaire avait été réclamé par le procureur et les défenseurs des policiers.  
En fait, R. Cécé et S. Laguerre sont poursuivis parce que les autorités de la préfecture et du rectorat et nombre de chefs d’établissements scolaires (collèges et lycées) veulent faire taire le journal lycéen et étudiant  Rebelle ! dont ils sont des animateurs. À travers ce journal, les jeunes peuvent dénoncer tous les mois les difficultés qu’ils rencontrent : chômage ou boulots sous-payés pour la majorité, la quasi-impossibilité de se déplacer faute de réseau de transport adapté, les menaces et les abus de pouvoir quotidiens des chefs des établissements scolaires, le harcèlement sexuel dans les lycées ou lors des entretiens d’embauche, etc.
Tous ces problèmes sont graves, mais les autorités ne veulent pas les régler. Depuis quatre ans, ils ont choisi de réprimer les jeunes rédacteurs et lecteurs de Rebelle ! au lieu de tenir compte de ce qu’ils disent.
Un incident survenu fin novembre montre bien les intentions des  autorités : trois membres de Rebelle ! ont été embarqués et emmenés à la gendarmerie de Baie-Mahault parce que le proviseur du lycée agricole, M. Gastine, n’appréciait pas qu’ils vendent leur journal sur le parking devant l’établissement. Au cours de cette nouvelle tentative d’intimidation, les gendarmes ont menacé les jeunes, en leur affirmant qu’ils risquaient 7 500€ d’amende si jamais ils vendaient le Rebelle ! devant n’importe quel établissement de Guadeloupe
Rappelons que le prétexte des poursuites devant le Tribunal correctionnel remonte au 18 mai 2012. Ce jour là, la police a violemment chargé un rassemblement pacifique organisé pour soutenir une lycéenne injustement accusée par le proviseur du Lycée Général et Technologique de Baimbridge. C’est suite au 18 mai que  R. Cécé et S. Laguerre ont été convoqués devant le Tribunal de Pointe-à-Pitre, il y a quelques mois. Raphaël Cécé recomparait le mercredi 16 janvier - à 8h - et Sony Laguerre le vendredi 18 janvier - à 14h.
Combat Ouvrier appelle à venir soutenir Raphaël Cécé et Sony Laguerre, et défendre la liberté d'expression, devant le tribunal de Pointe à Pitre les 16 et 18 janvier.


 

Nathalie Arthaud en Guadeloupe et en Martinique

Notre camarade, Nathalie Arthaud sera en Guadeloupe et en Martinique à partir  du 17 janvier. Candidate de Lutte ouvrière aux élections présidentielles d'avril 2012, Nathalie Arthaud a  succédé à notre camarade Arlette Laguiller qui fut candidate depuis 1974. Au cours de sa campagne télévisée,  Nathalie a pu se faire connaître et  défendre le programme de Lutte Ouvrière. C’est la seule candidate qui s’est présentée comme une militante communiste révolutionnaire. Notre organisation Combat Ouvrier avait appelé à voter pour elle et défendu le même programme communisterévolutionnaire. C'est notre camarade Jean Marie Nomertin qui fut le représentant  officiel de Nathalie Arthaud à ces élections.
Dans le contexte de crise économique qui se caractérise entre autres par un chômage important qui frappe la France et encore plus durement les Antilles, la seule perspective de changement pour les travailleurs et la population est la lutte contre les licenciements, contre la vie chère, comme l’a déclaré Nathalie Artaud en s’adressant aux travailleurs français et à ceux des Antilles. Le gouvernement de gauche de François Hollande ne changera rien à la situation et mènera la même politique d’austérité que le gouvernement de droite de Sarkozy. En effet, 9 mois après avoir remporté les élections présidentielles puis législatives, F. Hollande et son premier ministre mettent en place des mesures en faveur des riches et des réformes qui vident les poches des plus pauvres. Au cours de sa présence aux Antilles, Nathalie  Artaud ira à la rencontre des travailleurs avec les militants de Combat Ouvrier qui ont une activité dans différents secteurs. Elle tiendra une conférence de presse en Guadeloupe le mardi 22 janvier à 9 heures à Pointe-à-Pitre dans la salle Rémy Nainsouta et le même jour en Martinique à 15h30 à l'Impératrice.
Un meeting avec Nathalie Arthaud et Combat Ouvrier aura lieu en Guadeloupe  le jeudi 24 janvier à 19 heures à la salle Joseph Théodore Faustin aux Abymes.

Bookmark and Share