Site

Archives de CO/CO de l'année 2012/CO n° 1078 du 27 oct. 2012/Troisième page

Troisième page

Guadeloupe extraits de L’ECHO DE L’AEROPORT

MULTISERVICES (CHARIOTS) : BIENTÔT DU NOUVEAU MATÉRIEL, MAIS « QUID » DU QUAD ? Depuis longtemps les agents de Multiservices Caraïbes (MSC) se plaignent du manque de chariots en état, surtout pendant la haute saison. Lors des dernières vacances, c’était vraiment criant, même si selon un cadre CCI ce serait dû à une mauvaise organisation… des agents !
Finalement devant l’évidence, de nouveaux chariots ont été livrés, et seront mis en service à la haute saison. 
Problème : ce sont des chariots plus modernes, avec un système de poignée qui doit rester baissée pour que le chariot avance. On voit mal comment le quad qui remplace la machine adaptée aux chariots pourra manœuvrer tout cela.
 
SORI : DIFFICILE ÉQUILIBRE ENTRE LES TÂCHES ET LES EFFECTIFS 
En haute saison, la SORI fait appel aux intérimaires. En basse saison les collègues en congé ne sont pas remplacés.  
Le nombre d’embauches ne serait-il pas insuffisant ? La SORI ne fait-elle pas travailler un nombre minimum d’agents pour un maximum d’argent dans ses caisses ?
 
 

ECHO DE POLE EMPLOI

LA PREMIERE CAUSE DE VIOLENCE, C’EST LA DIRECTION
La direction de Pôle Emploi refuse de mettre les moyens pour améliorer nos conditions de travail. Manque de matériel informatique, manque de bureau pour chaque agent, du matériel obsolète qui ne marche pas… Dès qu’on arrive au boulot on est déjà énervés et à cran.
 
SCANDALEUX !
Comment peut-on accepter que des responsables laissent trainer des dossiers de demande d’allocations pendant des mois ? En plus il ne s’agit pas de petits montants. Mais d’environ 30000€ impayés depuis plus de 4 mois. Et on s’étonne encore que des demandeurs d’emploi soient aigris !
 
DU RESPECT POUR LES DEMANDEURS D’EMPLOI
Même les chefs ont le droit de partir en vacances. Mais quand on sait qu’un demandeur d’emploi n’a que ses allocations pour vivre, on s’arrange pour que des collègues prennent le relais. Et que dire quand pour certains, toujours les mêmes, cela devient une habitude !

 

 

 

L’ECHO DE JARRY

Gaddarkhan société d’enrobage : un débrayage qui paye
La direction ne payait pas les salaires des ouvriers depuis plusieurs jours. Le lundi 8 octobre, les travailleurs ont arrêté le travail pendant une heure. Ils ont exigé la venue du patron José Gaddarkhan. Un coup de gueule qui a marché, car le mercredi 10 octobre les salaires étaient versés. Comme quoi, contester paye toujours.
 
Gaddarkhan société d’enrobage : yo ni lajan pou péyé !
Aucune raison valable ne justifiait les retards de paiement. Selon la rumeur, le groupe Gaddarkhan serait en position de reprendre la Clinique des eaux claires. En tout cas il a déjà le contrat pour l’extension de l’aéroport. A pa travay ki ka manké, apa lajan non plis !
 
Retard de paiement : une tendance qui se généralise
Depuis quelques temps on constate que plusieurs entreprises se permettent des retards de salaires. Une manière de mettre la pression sur les ouvriers, comme à Pomme d’Adam, Générale des Eaux, EDF

Guadeloupe : Les douaniers en grève contre des suppressions de postes

Les douaniers ont fait grève le 15 et le 16 octobre dernier à l’appel de plusieurs organisations syndicales : CGTG, CTU, FO et UNSA douanes. Les principales revendications portent sur le maintien en Guadeloupe du BOP (Budget Opérationnel de Programme) et le retrait du projet de suppression de 16 postes. Les agents des douanes dénoncent le transfert de services importants comme la gestion du personnel et la comptabilité en Martinique. Ils craignent que ces transferts n’entraînent d’autres suppressions de poste à cause des risques de doublon. Car l’Etat avec sa politique de diminution des coûts dans les services publics n’hésite pas à supprimer des postes et à réduire les moyens matériels. Les douaniers ont le sentiment que la diminution des emplois est plus importante en Guadeloupe alors que les missions sont plus étendues du fait de la configuration archipélagique du département. 
Les grévistes ont donc déposé une plate forme de revendications qui comportent  comme principaux points :  
         -l’arrêt des suppressions de postes,
-la réintégration en Guadeloupe des services de la brigade garde-côte et celle de surveillance nautique,   
-des améliorations pour le parc automobile qui est vieillissant et dangereux, l’amélioration des conditions de travail et 
-l’intégration de la prime de vie chère dans le calcul de la pension de retraite.  La grève a été suivie par plus de 54 % du personnel. Le centre de Jarry qui est un site important était paralysé à 100 %.
Finalement les grévistes ont décidé de suspendre leur mouvement du fait du départ du directeur régional en France pour une quinzaine de jours. Ils sont bien décidés à reprendre leur grève s’ils n’obtiennent pas satisfaction sur le retrait du projet de supprimer 16 postes. D’ores et déjà il faut noter que la direction a fait un premier recul en maintenant en Guadeloupe le budget de fonctionnement.

Martinique : Les agents de l’hôpital du Lorrain mobilisés

Le lundi 15 octobre 2012, le Centre Hospitalier Interrégional (CHI) Lorrain-Basse-Pointe a connu une activité inhabituelle. En effet, à l’appel du syndicat CDMT, une grande partie des agents a manifesté son agacement face au comportement de la direction en installant un barrage à l’entrée.
Trois raisons ont motivé ce mouvement : le manque d’effectifs, la situation des agents non titulaires et la transformation de l’ancien hôpital de Basse-Pointe en établissement d’accueil pour personnes âgées.
Les établissements hospitaliers sont dans une situation économique financière difficile et les employés se battent. Que l’on se rappelle la mobilisation menée depuis des mois par les syndicats suite à la décision de l’Etat de fusionner le CHU de Fort-de-France, l’hôpital du Lamentin et celui de Trinité pour aboutir à un établissement unique, ou encore le centre psychiatrique de Colson avec la nomination d’un administrateur pour remplacer le directeur en place afin de mettre en œuvre la politique de l’Agence Régionale de Santé (ARS). Les pouvoirs publics ont donc décidé d’adopter des mesures radicales pour assainir, disent-ils, les finances de ces établissements, en restreignant  les effectifs, en remettant en cause les statuts et avantages acquis des personnels, en bloquant certains investissements. Les agents du CHI du Lorrain n’échappent pas à cette orientation des pouvoirs publics et c’est parce que les conséquences sont de plus en plus insupportables pour eux qu’ils ont mené cette mobilisation.
 

Martinique : Un ouvrier agricole écrasé sous son tracteur

Le 8 octobre dernier, un ouvrier agricole a trouvé la mort à l'habitation Bochette, au Lamentin, écrasé par son tracteur. Il répandait, seul, des engrais dans cette plantation de bananes quand l'accident est arrivé, vers 7h du matin. Ce sont des automobilistes passant sur la route à proximité qui, apercevant le véhicule renversé, ont donné l'alerte. Mais il était déjà trop tard pour cet homme qui travaillait depuis plus de 30 ans sur l'habitation. 
Une enquête est en cours mais chacun sait que, sur les terres agricoles de Martinique, souvent en pente, ce genre de travail est dangereux. Déjà le 19 juin, dans des circonstances analogues, un salarié avait trouvé la mort à l'habitation Beauregard, au Carbet.
Alors il faut de réelles règles de sécurité, et qu'elles soient effectivement respectées, même si cela entraîne une «baisse de productivité». La vie humaine n'a pas de prix ! Mais évidemment ce n'est pas le raisonnement des patrons pour qui seul compte le profit !