Site

Archives de CO/CO de l'année 2012/CO n° 1062 du 11 février 2012/Première page

Première page

Editorial: Élection présidentielle : Le seul vote qui vaille la peine aux Antilles sera celui en faveur de Nathalie Arthaud !

Zoom Nous commençons cet éditorial par un extrait d’un éditorial récent de nos camarades de Lutte Ouvrière, membres comme nous de l’UCI (Union Communiste Internationaliste). Voici donc ce qu’écrivaient récemment les camarades d’Arlette Laguiller :
« Lutte Ouvrière présente à cette élection une candidate, Nathalie Arthaud, pour que se fasse entendre une voix qui non seulement critique le système capitaliste et ses dégâts, mais qui a pour but le renversement de ce système. Une candidate communiste comme l’était Arlette Laguiller.
Dans cette société divisée entre une minorité de capitalistes qui monopolisent toutes les richesses et tous les moyens de les produire, et une majorité d’exploités, il est important que ceux qui, par leur travail, font vivre toute la société, disent leur opposition à la bourgeoisie qui les exploite, qu’ils disent non à un système économique absurde qui sème la misère au milieu de l’abondance et qui étouffe dans sa propre graisse. 
Les exploités ne sont toujours pas en situation d’arracher le fouet qui les frappe. Mais ils peuvent refuser d’accorder leur caution aux dirigeants qui le manient pour le compte des exploiteurs. 
La campagne de Nathalie Arthaud visera à populariser des objectifs à imposer pour contrecarrer la volonté de la bourgeoisie de faire payer aux exploités le prix de la crise économique dans ce qu’ils ont de plus précieux : leur emploi et leur pouvoir d’achat.
 Pour mettre fin au chômage, il faut imposer au grand patronat l’interdiction des licenciements et la répartition du travail entre tous sans diminution de salaire. Il faut imposer à l’État l’embauche dans les services publics utiles à toute la population.
 Il faut imposer l’augmentation de tous les salaires et de toutes les retraites et pensions et en garantir le pouvoir d’achat par leur indexation automatique sur le coût de la vie, mesuré par des représentants de la population.
 Il faut imposer le contrôle de la population travailleuse sur les entreprises industrielles et bancaires.
Voter pour Nathalie Arthaud, ce sera approuver ces objectifs. »  (fin de citation)
Éh bien c’est pour toutes ces raisons aussi que Combat Ouvrier appelle à voter Nathalie Arthaud en Martinique et en Guadeloupe. Dans ces vieilles colonies françaises, l’intérêt des travailleurs, des chômeurs, des masses pauvres, de la jeunesse est que le maximum de voix se porte sur une telle candidate. Car le sort des travailleurs de ces soi-disant départements français ne dépendra aussi que de leurs luttes. Et si demain de grandes luttes pouvaient être menées conjointement avec celles des travailleurs français, les chances pour tous, de gagner seraient décuplées. Vous qui  subissez en plus de l’exploitation capitaliste, de la vie chère, les discriminations multiples,  le mépris, le racisme  des patrons blancs, la domination multi séculaire des békés, et même celui de l’État des Guéant, vous avez bien des raisons d’exprimer votre colère. Vous avez la possibilité de le faire en votant pour une candidate communiste révolutionnaire qui se bat pour que toute la société change. Alors voilà une occasion à ne pas manquer !

Guadeloupe : Les employés municipaux de Goyave plus déterminés que jamais

Cela fait maintenant près de 2 mois que les employés municipaux de Goyave sont en grève. Et jusqu’à l’heure où nous écrivons, le maire F. Louisy n’a jamais daigné les recevoir, prouvant par là qu’il n’a jamais eu l’intention de négocier quoi que ce soit avec les employés en grève.
Au départ Louisy a prétendu ne pas vouloir discuter des revendications tant que les entrées des différents services étaient bloquées. La mairie étant ouverte, un rendez-vous a été fixé le 30 janvier à 10H en mairie. Et comme par hasard, ce jour-là, le directeur général des services est en arrêt maladie. Quant au maire, on ne le voit guère à Goyave depuis le début du mouvement. Il apparaît clairement qu’il joue la montre et pense ainsi décourager les grévistes. Il se trompe, car ces derniers, sûrs de leur bon droit sont plus déterminés que jamais.
Rappelons que le personnel gréviste réclame entre autres l’application du protocole d’accord signé en préfecture le 10/3/11, entre le maire et l’UTC-UGTG, l’annulation de la délibération du 19/4/11 liée à la suppression des 40% de vie chère, des primes et indemnités des agents en cas de congé de maladie et de maternité et aussi pour l’évolution de la carrière administrative des employés. 
Concernant la suppression des 40% de vie chère aux agents en congé de maladie, F. Louisy se serait inspiré d’une jurisprudence du Conseil d’État du 29/12/01, Syndicat lutte pénitentiaire Union Régionale Antilles-Guyane. Mais selon le syndicat UTC- UGTG un décret n°2010-997 du 26 août a annulé cette jurisprudence.  
Mais Louisy ne veut pas se départir de son assurance et même de son arrogance vis-à-vis des employés municipaux en grève. Il s’obstine…mais il faudra bien qu’il se résigne à discuter de leurs revendications avec les grévistes et à leur donner satisfaction.

Martinique : Les employés des stations-services mobilisés pour arracher leur dû.

ZoomÀ l’issue de l’assemblée générale du vendredi 3 février qui s’est tenue à la Maison des Syndicats, les travailleurs des stations-services de la Martinique, soutenus par leurs syndicats, la CGTM Produits Pétroliers et l’UGTM Stations-services, ont décidé à l’unanimité de se mobiliser afin d’obtenir immédiatement satisfaction sur l’ensemble de leurs revendications. Sans réponse favorable obtenue dans la journée du 6 février, et après une nouvelle assemblée générale le 6 février au soir, ils ont démarré un mouvement de grève le 7 février.
Ce mouvement est la suite logique de la mauvaise foi des gérants et des dirigeants de leur chambre syndicale concernant le versement d’augmentations de salaires.
La direction du Travail a établi depuis fin février 2009 que ces salariés relèvent de la Convention Collective Nationale «Combustibles : négoce et distribution, solides, liquides, gazeux et produits pétroliers» actée le 20/12/1985, étendue le 23/07/1990, depuis de droit applicable à l’ensemble des employés des stations-services de  Martinique.
Les patrons des stations-services ont reçu des pouvoirs publics les moyens pour payer les augmentations venant de l’application de la Convention Collective ainsi que la prime de vie chère. En effet, l’accord qu’ils ont signé le 19 août 2009 suite à la mobilisation des employés de stations-services, a pris effet le 8 septembre 2009, dans le cadre d’une augmentation générale de 7 centimes du prix des carburants. Les patrons perçoivent  donc déjà 1,15 centime d’euro par litre de carburant sous forme d’une augmentation des prix des carburants. Mais ils les gardent « en otage »…et ne les reversent pas à leurs salariés.
Curieusement, les autorités (Préfet, Procureur) qui connaissent les tenants et les aboutissants de cette affaire ne parviennent pas à imposer aux gérants qu’ils respectent leurs engagements écrits.
Les salariés de stations-services n’entendent pas continuer à faire les frais de la démagogie de leurs patrons et du laxisme de l’État à leur encontre. Ils ont raison de défendre leur pain et celui de leurs familles et doivent avoir le soutien des salariés des autres secteurs.

Protocole d'accord

< 1 ko - Dernières modifications : 31/12/1969