Site

Archives de CO/CO de l'année 2011/CO n°1045 du 26 mars 2011/Page 2

Page 2

UN NOUVEAU PLAN BIDON POUR L’EMPLOI

         Il y a quelques semaines, N. Sarkozy annonçait un nouveau «plan de mobilisation pour l’emploi». Tous les demandeurs d’emploi inscrits depuis plus d’un an à Pôle Emploi seront reçus dans les trois mois qui viennent. L’objectif de cet entretien est de trouver une solution pour ces chômeurs. Sarkozy ne va pas jusqu’à fixer l’objectif de décrocher un emploi pour tous mais une formation ou un contrat aidé !                                                                                                                  Dès l’annonce de ce énième plan pour l’emploi, la direction générale de Pôle Emploi a relayé les desiderata du gouvernement. En France on compte 680 000 demandeurs d’emploi de longue durée. En Guadeloupe, les chiffres officiels du chômage, qui a augmenté de 6% en un an, s’élèvent à 65 000 personnes toutes catégories confondues au 31 janvier 2011. Plus de la moitié des chômeurs sont inscrits en catégorie A, c'est-à-dire à la recherche d’un emploi à durée indéterminée, à temps plein, depuis plus d’un an. Ils sont considérés comme des chômeurs de longue durée. Cela signifie que près de cent demandeurs d’emploi seront reçu par un conseiller en Guadeloupe. Et la direction n’entend pas embaucher du personnel supplémentaire.                               Pour faire passer la pilule dans les «DOM» la direction de Pôle Emploi a décidé que dans ces régions, les demandeurs d’emploi d’un an ou plus d’inscription, seront reçus pendant une année et non pas en trois mois.                    Le gouvernement et la direction générale de Pôle Emploi se sont bien gardés de mettre des moyens conséquents pour ce nouveau plan. Les dirigeants savent pertinemment que l’enveloppe de 500 formations supplémentaires ou des prestations d’accompagnement renforcées sont ridicules pour faire face à la montée du chômage. Et ce ne sont pas non plus les contrats aidés ou les nouvelles subventions versées aux patrons qui permettront aux chômeurs de retrouver un travail stable et un salaire décent.                                                                 En réalité, pour Sarkozy, cette nouvelle agitation a pour but de faire de la propagande en vue de sa campagne pour la présidentielle. Les chômeurs et les précaires ne peuvent compter que sur leur mobilisation pour arracher de vrais emplois.

Guadeloupe : Solidarité avec les militants de l’UGTG en butte à la répression !

         L’UGTG dans un dépliant distribué à la population dénonce la répression dont sont victimes ses militants. La confédération en explique aussi les raisons.
         En voici quelques extraits :
         « Le 14 septembre 2010, l'ensemble de la salle d'audience, y compris la prévenue Régine Delphin, déléguée syndicale de l'Union des employés du commerce-UGTG, est évacuée à la demande du président du tribunal, qui refuse à notre camarade le droit légitime de s'exprimer en créole. Elle est condamnée, sans avoir pu se défendre, ni son avocat plaider, à un mois de prison avec sursis et plus de 10 000 euros d'amende (...) pour des faits liés à la mobilisation des salariés de la Sodimat qui exigeaient l'application de l'accord signé en février 2009.
         Charly Lendo et José Naejus, dirigeants de l'UGTG et de l'Union des travailleurs de l'hôtellerie et de la restauration (UTHTR), sont convoqués devant le tribunal de Basse-Terre. À l'audience, le président, visiblement embarrassé, fait remarquer la faiblesse de l'accusation. Pourtant nos camarades, reconnus innocents dans cette affaire montée de toutes pièces par la direction de l'hôtel, la gendarmerie et la préfecture, sont condamnés à 1 000 euros d'amende pour avoir refusé de se soumettre à un prélèvement ADN.
         Charlie Lendo et Téty Coupin, dirigeants de l'UTHTR-UGTG, sont convoqués devant les tribunaux à la demande des patrons de l'hôtellerie qui se plaignent d'avoir été menacés dans le cadre des négociations annuelles obligatoires. Une simple plainte du patron du Groupement des hôteliers de Guadeloupe aura suffi. (...)
         Gabriel Bourguignon, secrétaire général de l'UTAS-UGTG et dirigeant de l'UGTG, qui a déjà passé un mois en captivité sans procès en 2002 (...), est à nouveau convoqué devant les tribunaux ainsi que Michel Madassamy dans l'affaire dite Texaco-Sara.
         Rappelons aussi l'information judiciaire ouverte par le parquet à l'encontre d'Élie Domota, secrétaire général de l'UGTG et porte-parole du LKP, pour incitation à la haine raciale et extorsion de signature.
         Ce sont aussi dix jeunes de Petit-Canal emprisonnés un mois sans procès car soupçonnés, sans aucune preuve, d'être à l'origine d'un incendie durant le mouvement de 2009.
         (...) Les avocats qui défendent l'UGTG sont eux aussi menacés. C'est le cas de maître Sarah Aristide qui a fait l'objet de menaces, d'intimidation et d'agression, et qui a même été sauvagement molestée par des gendarmes le 22 octobre 2010, alors qu'elle tentait de rentrer dans le Palais de justice pour assurer la défense de Charly Lendo. »
 
         Bien d’autres militants de l’UGTG sont poursuivis dont Raymond Gauthierot, ex secrétaire général de l’UGTG. La liste est tellement longue que nous ne pouvons les citer tous.
         Combat Ouvrier s'associe à l'UGTG pour dénoncer cet acharnement de la justice et des possédants, et réaffirme sa solidarité avec tous les  militants réprimés.
         Combat Ouvrier est d’ores et déjà prêt à participer aux diverses actions de protestation et de mobilisation autour des militants syndicaux de l’UGTG et d’autres organisations, s’il y a lieu !
 

Martinique : Audit de gestion à la Région : un instrument de campagne ridicule.

         L’audit commandé par S. Letchimy au cabinet Jérôme Dupuis, sur l’organisation des services de la Région et sur la gestion de la politique sportive et sociale sous la mandature d’Alfred Marie-Jeanne a été présenté à la presse à la fin du mois de février 2011. Cet audit relève de nombreuses incohérences au niveau du fonctionnement des services et de la gestion du personnel et au niveau des politiques sociales ou sportives, menées par l’ancienne équipe.                               Pendant plusieurs jours, les commentaires ont donné lieu à quelques empoignades verbales, bien senties ou feutrées, entre ancien et nouveau locataire de la Région et leurs équipes. Ceux de l’équipe de Letchimy jurant de leur bonne foi et de l’importance des résultats de cet audit pour orienter leurs actions à la Région. L’équipe de Marie-Jeanne s’offusquant  quant à elle du manque d’élégance de cet «audit prétexte» cherchant uniquement à «les dénigrer».                                                                                                                    Echanges de courrier entre Marie-Jeanne et Letchimy, conférence de presse d’Alfred Marie-Jeanne et de l’équipe des patriotes, interviews radio et télé, pour les uns ou les autres, cela apparaissait comme une manière d’être à la une des bulletins d’information locale en cette période de campagne d’élections cantonales. D’ailleurs, cette actualité était largement utilisée par les uns et les autres dans les discours électoraux, au risque de passer aux yeux de la population confrontée quotidiennement aux réels problèmes du chômage, des bas salaires, de vie chère, pour des «rigolos» ou des «irresponsables».                                  Par contre, cette population pourrait aussi se rendre compte qu’en cette période de crise, le seul «audit» qui serait nécessaire, ce serait un contrôle réel et continu de la politique menée en son nom et des fonds utilisés par les institutions publiques comme la Région, contrôle exercé par la population mobilisée au sein de comités, dans les quartiers, sur les lieux de travail.
 

1er tour des cantonales en Martinique: progrès de l'abstention

         Au premier tour, en Martinique, il y eut 64,5 % d’abstention. C’est bien plus qu’aux cantonales de 2004, (49,3%) et qu’aux régionales de 2010 (44.9%).                          Cela n’est pas étonnant car pour les travailleurs et la population laborieuse, aucun de ses intérêts propres ne sont défendus par les notables. Ces derniers étaient bien plus préoccupés par leur Assemblée Unique, qu’ils soient de droite ou de gauche.                                                                                                                                         Dans quelques cantons (Le Prêcheur, Le Lorrain, Marigot, Macouba/Grand Rivière), où la participation dépasse 50 %, il s'agissait aussi d'une bataille autour de la mairie pour rester, ou se placer, en vue des prochaines municipales.                                              A l'issue de cette campagne de premier tour, les résultats ne sont marqués par aucun déplacement général notable des voix. Le PPM perd le canton de Sainte-Marie 1, mais il fait course en tête pour reprendre celui de Fort-de-France 4 au 2ème tour.                                                                                                                                        Le GRS (groupe révolution socialiste) a réalisé de bons scores : 8,23% à Fort de France 6 et 30,35% à  Fort de France 9. Dans ce dernier canton, sa candidate, G. Arnaud sera opposée à Y.A. Joseph soutenu par le  Modemas (écologistes.)
         Le camp vainqueur reste cependant celui de l'abstention. Personne n'ayant fait même mine de s'intéresser aux travailleurs dans cette campagne, ceux-ci ont rendu la pareille.

Guadeloupe : Fort taux d’abstention aux Elections Cantonales

         61 % des électeurs concernés par ce scrutin ne sont pas allés voter. Bien sûr, dans ce pourcentage il y a les abstentionnistes traditionnels, mais parmi ceux qui avaient l’habitude de voter, nombreux sont ceux qui ne l’ont pas fait cette fois. Et on les comprend.                                                                                                Car en dépit des efforts des candidats, ils ne pouvaient être convaincants. Même les journalistes de différents médias ont glosé sur la platitude, la nullité   des arguments avancés par les uns et les autres pour convaincre les électeurs de voter pour eux. Par exemple le traditionnel ni gauche, ni droite ; la litanie sur le travail pour les jeunes, les aides aux personnes âgées, les ports à construire etc. Et ce n’était pas plus clair au niveau des états majors des partis. Des candidats dits de gauche, GUSR et Parti socialiste qui s’affrontent. Le summum du comique ayant été le soutien apporté par Bernier, membre du triumvirat qui dirige l’UMP en Guadeloupe à Mme Carabin, député-maire du Moule, qui l’a refusé alors qu’A. Blaise, l’autre membre du triumvirat dirigeant l’UMP,  a apporté le sien à la concurrente de Carabin, Mme Jasawant.                                         Quatre candidats ayant été élus au premier tour, il y aura donc quatorze duels pour le deuxième. La palme du tragicomique revient cette fois au soutien qu’apporte R. Juliard membre de l’UMP, qui aurait pu se maintenir au deuxième tour, à J. Sapotille, membre quant à lui du Parti socialiste et adjoint de Toribio au Lamentin.                                                                                                            C’est à se demander ce qui anime vraiment tous ces gens. Probablement tout et n’importe quoi, sauf en tout cas se mettre au service de la population comme ils le prétendent.

Réunion publique de COMBAT OUVRIER

Vendredi 1 Avril 2011 à Pointe à Pitre au centre Rémy Nainsouta à 18H/30
 
Thèmes :
 
- Les révoltes des peuples arabes
 
-Le prolétariat international, la seule classe capable de mettre fin au capitalisme et à l’exploitation !
 
            Nous vous attendons nombreux à cette réunion qui sera suivie d’un débat !